blogue

Le blogue d’Invasion cocktail et de l’actualité cocktails.

Ces bartenders qui ont tout quitté pour l’aventure!

bartender

Parfois, de belles occasions s’offrent à nous, que ce soit ici ou à l’autre bout du globe. Beaucoup de bartenders québécois se sont retrouvés (ou sont actuellement) derrière un bar quelque part dans le monde, à des kilomètres d’ici. Quelle a été l’opportunité? Comment s’est fait le grand saut vers l’inconnu? Quels ont été les défis à affronter?

Patricia s’est entretenue avec Sam Dalcourt, Julie Cateysson et Giancarlo Bonanno. 

3 bartenders qui ont déployé leurs ailes à l’étranger nous racontent leurs aventures!

SAM DALCOURT

« Mon parcours dans le domaine du bar et de la restauration a débuté à la fin des années 90 après avoir suivi un cours de bar qui, je croyais, n’allait me servir qu’à payer mes études. Très rapidement, j’ai commencé à voyager pour le travail : Paris à 20 ans, suivi par quelques saisons au Club Med pour revenir sur Montréal. J’ai vite fait la connaissance de quelques gros joueurs de la scène cocktail à l’époque, qui sont devenus des associés et amis, comme Chris Natale, Fabien Maillard, Burnley Leach, Manny Vides, etc.

Je me suis aussi trouvé une passion pour l’enseignement et j’ai commencé à donner des cours de bar et de flair, tout en m’impliquant le plus possible en compétition, ce qui m’a permis de créer des contacts et des amis sur une scène plus globale, plusieurs à qui je parle toujours aujourd’hui. « 

Où as-tu déménagé?
À Singapour, il y a 2 ans.

Qu’est-ce qui t’a poussé à tout quitter pour un nouveau projet ?
Un ami Français, que je connaissais de l’industrie à Montréal, ouvrait un restaurant et avait besoin d’un bar manager. En plus, j’en avais un peu marre du Québec avec ses lois sur les alcools dépassées donc j’ai vu l’occasion et l’ai saisie.
Je travaille actuellement sur un projet de bar à Singapour, ouverture prévue fin 2021. Je bosse avec un partenaire local et un international très connu du monde de la mixologie dont je ne peux divulguer l’identité à ce stade, mais ça se fera bientôt. Stay tuned!

Quels défis as-tu rencontrés ou auxquels fais-tu face présentement ?
Quand tu voyages pour le travail, il y a toujours la question du choc des cultures, peu importe où tu vas. Personnellement, mes défis étaient davantage sur la compréhension de la mentalité professionnelle locale. Par exemple, la ponctualité au niveau des employés ici ne semble pas être une qualité primordiale – bien différente de la manière dont j’ai été formé. Aussi, l’anglais de Singapour se parle avec un accent bien particulier qui n’est pas toujours évident à saisir (dit le Québécois!) – et là, tu ajoutes le masque haha!

As-tu un conseil à offrir à celui ou celle qui voudrait tenter de faire le grand saut ?
Just do it! Personnellement, j’aime mieux les remords que les regrets. On peut toutes et tous s’habituer à une nouvelle vie en l’espace de quelques mois. En plus, qui sait, peut-être que cette expérience sera extraordinaire et ouvrira des portes que tu n’espérais même pas.

JULIE CATEYSSON

« Julie Cateysson, propriétaire de la Botanique Cocktail. Études en marketing et publicité, tombée dans le monde du bar à NYC (j’y ai habité pendant 7 ans) et dans le monde des cocktails à mon retour à Montréal. »

Où as-tu déménagé?
À Sutton, dans les Cantons-de- l’Est. J’ai acheté une petite maison sur 5 acres de terrain.

Quelle était l’occasion de le faire et quel est ton nouveau projet ?
J’avais besoin de sortir de la ville, j’ai donc emménagé dans les Cantons avec mon copain. Avant, j’étais Brand ambassador pour Esprit réZin, mais c’était trop de route. J’ai ensuite été coordonnatrice vente et marketing pour le Vignoble du Ruisseau mais mon poste a été aboli dû à la pandémie.
Cela m’a permis de lancer mon projet de boîte à cocktail écologique: La Botanique – Volet boîte, volet carte de cocktails et volet carte des vins.
Je suis aussi partie à mon compte en tant que gestionnaire de réseaux sociaux. Parmi mes clients se trouvent l’Auberge Sutton Brouërie et la ferme Patch.

Quels défis as-tu rencontrés ou auxquels fais-tu face présentement ?
Un de mes défis a été de me faire connaître dans ma région versus la notoriété que j’avais établie à Montréal. Puis, la proximité de la communauté bar me manque parfois!

As-tu un conseil à offrir à celui ou celle qui voudrait tenter de faire le grand saut ?
Suivre son guts feeling et faire le grand saut! La vie est pleine de belles surprises! Et quand on met les efforts vers un but, les récompenses viennent avec.

GIANCARLO BONANNO

« Je m’appelle Giancarlo Bonanno, j’ai 29 ans et je suis bartender de profession. J’ai travaillé à l’Idole et au Snowbird tiki bar et présentement  je travaille au Rouge Gorge/Le Royal. »

Où as-tu déménagé?
J’ai déménagé en Italie pour un an l’an dernier, autant pour des raisons personnelles que professionnelles.

Quelle était l’occasion de le faire et quel est ton nouveau projet ?
Je me suis installé à Milan parce que c’est une grande ville qu’on peut considérer comme internationale. Je me suis dit que j’aurais plus de chances de trouver du travail dans ce contexte. J’ai été chanceux puisque l’année précédent mon voyage, je me suis lié d’amitié avec un bartender milanais que j’ai rencontré en Irlande dans le cadre d’une compétition cocktail. Il m’a énormément aidé à me trouver un logement et un emploi lorsque je suis arrivé. Je ne sais pas comment j’aurais fait sans lui, considérant ma maîtrise inexistante de la langue et le fait que je ne connaissais personne dans cette industrie. J’ai eu la chance de travailler dans deux établissements complètement différents, de rendre la pareille à mon ami en l’aidant à ouvrir son bar, et d’apprendre une nouvelle langue. J’ai également pu expérimenter le quotidien à l’italienne, j’ai constaté les différences et similitudes d’un même métier à l’autre bout du monde et j’en ai énormément appris, autant sur ma propre personne que sur ma passion. Je me suis aussi fait des amitiés que je vais chérir pour le reste de mes jours.

Quels défis as-tu rencontrés ou auxquels fais-tu face présentement ?
Tout ça est arrivé la même année qu’une pandémie mondiale et nous a forcé à nous confiner pendant plusieurs mois!

As-tu un conseil à offrir à celui ou celle qui voudrait tenter de faire le grand saut ?
Si j’ai un conseil à donner à quelqu’un qui souhaite faire la même chose, ce serait de bien se préparer à l’avance mais aussi de s’attendre à ce que les choses changent, de toujours rester prêt à s’adapter. Aussi, ça vaut toujours la peine de sortir de sa zone de confort, j’te le jure!
Grazie mille!

Quelle fierté de voir notre belle communauté de bartenders briller ainsi à l’étranger. À tous ceux qui hésitent et caressent l’idée d’un grand changement: on espère que cet article vous aura inspiré !  

Vous ne voulez rien manquer des dernières nouveautés cocktails? Suivez-nous sur nos réseaux!

 

Actualités

Trouvez votre cocktail préféré

Spiritueux partenaires